Le Procès Goldman : Performance à la barre !


Critique (à la bourre et Sans Spoilers) d’un des favoris dans la catégorie du Meilleur Film pour les Césars 2024.

Entre Anatomie d’une chute et ce Procès Goldman ( et je pourrai également citer le très bon St Omer) , on peut dire que le cinéma français à décider de dépoussiérer un grand coup le thriller judiciaire avec des films radicalement différents mais qui ont su se réapproprier les codes du genre pour transcender leurs récits respectifs tout en restant très ludique pour le spectateur.

Le Procés Goldman fait donc partie de ses bon films sortis en 2023 que j’ai malheuresement raté à sa sortie et que je me devais de rattraper au vu de mon gout pour le genre !

L’histoire d’un homme à la barre du tribunal, accusé de divers crimes pour lesquels il reconnait sans problèmes sa culpabilité, à l’exception d’un chef d’accusation…celui de meurtres !

Basé sur des fait réels, la caméra nous invite dans cette reconstitution en Hui-clos avec une mise en scène très classique, sans artifices, mais qui reste ultra immersive et palpable, une réelle sensation de voir les images d’archives d’une salle d’audience de l’époque.


La Menace Rouge !

Synopsis : En novembre 1975, débute le deuxième procès de Pierre Goldman (Arieh Worthalter) militant d’extrême gauche, condamné en première instance à la réclusion criminelle à perpétuité pour quatre braquages à main armée, dont un ayant entraîné la mort de deux pharmaciennes.
Il clame son innocence dans cette dernière affaire et devient en quelques semaines l’icône de la gauche intellectuelle.

Image_procès_goldman_article1


Une violence nécessaire ?!

Pour recontextualiser, dans les années 70 la peur d’une révolution communiste est dans tous les esprits !

Pierre Goldman, fils d’immigré ayant fui la barbarie Nazi et demi-frère du célèbre compositeur Jean Jaques Goldman, est justement un adepte du régime communiste et qui parti plusieurs fois à Cuba pour intégrer des commandos de lutte armée,
Un homme charismatique, engagé, à éloquence puissante et directe, et qui n’a pas peur de souffler très fort sur les braises pour voir un système politique et policier s’effondrer !

Arieh Worthalter est fascinant d’intensité, et incarne parfaitement ce révolutionnaire bardé d’idées hauts qui s’est fourvoyé, lucide sur lui même, vif d’esprit, mais terriblement enfermé dans sa rhétorique au grand dam de ses avocats.

Tellement lucide qu’il va prendre les devant en dressant un portrait de lui même extrêmement pragmatique des le début de son procès.


Un film à la fois sobre tout en étant hyper stylisé !

procès_goldman_image_article_2
Un avocat au bord de l’implosion !

Étant donné qu’on reste tout au long des deux heures dans la salle d’audience, toute l’intensité du récit repose sur le jeu des excellents comédiens qui sont tous très bon à commencer par Arieh Worthalter qui interprète Pierre Goldman.

Un film au dispositif qui reste happant du début à la fin grâce aux performances multiples des acteurs à commencer bien sur par Arieh Worthalter qui interprète Pierre Goldman, mais également avec le remarquable Arthur Harari qui campe Georges Kiejman avocat de la défense ( déjà ténor du barreau à l’époque ), piégé entre le tempérament volcanique de son client qui veut absolument assurer lui même sa défense, et une cour d’assises plus que suspicieuse à son égard !


Cedric Kahn livre un film qui ne révolutionne pas le genre mais qui reste extrêmement solide de par la réalisation, la prestation des comédiens, et une mise en scène théâtrale tout en étant réaliste…du grand Art !

Un format 4:3 pour d’avantage pousser l’immersion dans cette atmosphère lourde

Des costumes en passant par les figurants, la production design, le choix du cadre, etc…
le souci du détail est omni présent et parvient à nous transporter dans un univers ultra palpable.
Le tournage du film à duré 3 semaines durant lesquelles les figurants étaient présent constamment sur chaque scène, ce qui donne ces réactions ou indignations complètement authentique.

Un film qu’on prend plaisir à suivre malgré un sujet assez difficile à traiter, mais au lieu d’un ultime Biopic formaté et sans saveur, Cedric Kahn choisi de prendre un angle différent par le biais du procès pour relater la vie de Pierre Goldman le fils d’immigré Juif ayant survécu à l’holocauste, et qui cherche tant à racheter sa conduite auprès d’une idéologie.

Le box de l’accusé va servir de tribune à un homme révolutionnaire mais lucide, qui ne cherche pas à redorer son blason mais seulement que justice soit faite !

En 2023 on aura donc eu droit à deux grands films de procès au procédé et au sujets radicalement différents, mais tous deux puissants et incroyablement maitrisés !

Pour ma part ce fut une surprise totale pour ce Procès Goldman dont je ne connaissais absolument pas le sujet, un film absolument pas manichéen, je vous conseille chaudement de vous en faire votre opinion.
Disponible en V.O.D, DVD et Bluray.

Bande Annonce :